La maison de l’Ogre : sur les traces d’un serial killer

L’urbex réserve parfois bien des surprises. La maison de l’Ogre est l’une d’entre elle. J’ai donné ce nom à cette maison abandonnée à cause de son passé très sombre ; mais aussi et surtout de l’homme qui y vivait.

Je ne vous dirais pas précisément qui vivait dans la maison de l’Ogre. Cependant, je peux vous dire qu’un serial killer y vécu pendant deux ans. Deux années durant lesquelles il tortura et assassina des dizaines de personnes. Son arrestation avait fait grand bruit à l’époque. L’homme fît la une de tous les journaux français.

La maison de l'Ogre-3 urbex

En pénétrant dans cette maison, je ne connaissais pas du tout son passé. Ça n’est qu’après coup, en faisant quelques recherches, que j’ai appris ce qui s’y était passé. Avec le recul, je comprend mieux l’ambiance lourde et pesant que règne dans cette maisonnette.

Arrêté en 2002, le serial killer qui vivait dans la maison de l’Ogre a fait l’objet d’une longue enquête qui a permis de constater de nombreux meurtres ; bien plus nombreux que ceux qu’il avait avoué. Ensuite, en décembre 2007, le serial killer a été condamné à l’emprisonnement à vie ; sans possibilité de libération conditionnelle avant 45 ans. 

La maison de l’Ogre : son dernier habitant

Mais commençons par le début. En 1992, l’Ogre et son frère étaient propriétaires d’une ferme. Leur employé de ferme l’a qualifié de « lieu effrayant » et a indiqué qu’il était surveillé par un sanglier de 270 kg ; l’un des rares porcs de la ferme. « Je n’ai jamais vu un cochon comme celui-là, qui te poursuivrait et te mordrait. Aussi, il courait avec les chiens autour de la propriété. Enfin, il a décrit l’Ogre comme « un type plutôt calme, avec qui il était difficile d’entamer une conversation » ; et dont le comportement parfois bizarre attirerait l’attention.

La maison de l'Ogre-8 urbex

Ensuite, les deux frères ont commencé à négliger les activités agricoles du site. En 1996, ils ont créé un organisme de bienfaisance, affirmant « organiser, coordonner, gérer et organiser des événements spéciaux, des réceptions, des spectacles et des expositions ». Cependant, ces événements étaient en fait des raves et des fêtes dévergondées faisant appel à des travailleuses du sexe. Ces événements ont attiré jusqu’à 2000 personnes ; des personnes qui ne sont malheureusement pas toutes reparties chez elles …

En 1997, le dernier habitant de la maison de l’Ogre été inculpé de tentative de meurtre contre une travailleuse du sexe ; qu’il avait poignardée à plusieurs reprises au cours d’une altercation à la ferme. L’Ogre l’avait menottée, mais qu’elle s’était échappée après avoir subi plusieurs lacérations. L’accusation avait été rejetée en 1998.

La maison de l’Ogre : enquête et révélations

Durant les trois années qui suivirent, les femmes qui visitaient la ferme disparaissaient les unes après les autres. En 2002, la police obtenu un mandat de perquisition pour détention d’armes illégale. Les deux frères furent arrêtés. Ensuite, la police a obtenu une deuxième ordonnance du tribunal lui permettant de fouiller la ferme. Mais ils ne trouvèrent rien. Aucun corps ne fût retrouvé mais ils saisirent un revolver, des cartouches de munitions pour armes de poing ; ainsi que des lunettes de vision nocturne, deux paires de menottes doublées de fausse fourrure, une seringue avec trois millilitres de liquide bleu à l’intérieur et plusieurs haches.

La maison de l'Ogre-11 urbex

Quelques temps plus tard, les policiers apprennent l’existence de la maison de l’Ogre. Une nouvelle fouille fût organisée. Les fouilles de la petite fermette et de son jardin prendront plusieurs mois ; mais furent malheureusement couronnées de succès. Des dizaines de corps furent retrouvés.

L’analyse médico-légale fût très compliquée. Certains corps n’ont d’ailleurs jamais été identifié. La police pense que de nombreux morceaux de cadavre ont été donnés à manger aux chiens, aux porcs et au sanglier. Enfin, pire encore, l’enquête révéla que l’Ogre avait peut-être broyé de la chair humaine et l’avait mélangée à du porc qu’il avait vendu au public.

La maison de l'Ogre-7 urbex

Aujourd’hui encore, nous ne connaissons pas le nombre de victimes de l’Ogre.

La maison de l’Ogre : l’exploration

La maison de l’Ogre n’est pas très grande. C’est une petite maisonnette composée de trois petites pièces très spartiates. Il y a d’abord la pièce principale simplement équipée d’une table, d’une chaise et d’un fourneau.

La maison de l'Ogre-2 urbex

Ensuite, dans la petite chambre, un vieux lit côtoie des bouteilles de vin et un vieux solex. Enfin, une espèce de remise on ne peut plus glauque complète le tout.

La maison de l'Ogre-1-2 urbex

La maison de l'Ogre-6 urbex

Bref, vous l’aurez compris, l’exploration n’a pas duré longtemps. Après coup, je pense que ça n’est pas plus mal … Moral de l’histoire, lorsque l’on fait de l’urbex, mieux vaut savoir où l’on met les pieds.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Merci de compléter les champs obligatoires *

Pin It on Pinterest

Partagez cet article

Partagez cet article avec vos amis sur les réseaux sociaux.