Comment a été construit le souterrain des Arêtes de Poisson ?

Comment a été construit le souterrain des Arêtes de Poisson ? Voila la question que de nombreuses personnes se posent depuis des années ; question à laquelle aucune réponse satisfaisante et complète n’a été apportée. Aujourd’hui, je vous propose de tenter de répondre à cette question à l’aide d’éléments que j’ai pu trouver dans différents ouvrages et correspondances.

Comment a été construit le souterrain des Arêtes de Poisson

Le souterrain des Arêtes de Poisson et les Sarrazinières

Une des énigmes qui entoure les Arêtes de Poisson, c’est l’absence de documents y faisant référence. Comment un souterrain d’une taille aussi importante a-t-il pu être construit dans le plus grand secret ; sans qu’aucune publication officielle ou populaire n’y fasse allusion ? De toute évidence, le creusement est intervenu à une époque ou les terrains traversés par ces galeries étaient des propriétés privées. Autre possibilité, pas forcément la plus plausible, tous les documents y faisant allusion ont été détruits au fil des siècles.

On le sait, le souterrain des Arêtes de Poisson a surement été relié au souterrain des Sarrazinières. Les ADP sont à Lyon, les Sarrazinières passaient par les terres de Bresses, des Dombes et du Beaujolais. Mais qui, et à quelle époque, a possédé l’ensemble de ces terres ? Vous allez voir que la réponse à cette question va nous permettre de répondre à beaucoup d’autres.

Souterrain des Arêtes de Poisson : possession des Terres

Pour répondre à cette question, je vous propose un petit voyage dans le temps ; au treizième siècle. Pour mieux comprendre, nous allons quelque peu simplifier les choses.

Souterrain des Arêtes de Poisson Armoiries Guillaume de Beaujeu

Armoiries de Guillaume de Beaujeu

Au début de la période qui nous intéresse, toutes ces terres appartiennent à différentes familles ; la famille de Beaujeu, de Toire-Villars, de Forez et de Bagé. Au gré de rapprochements entre ces familles, mais aussi avec la maison du compte de Savoie, l’ensemble de ces terre furent unifiées. 

Par la Bresse et la Dombes, il était alors possible de relier la Terre de la famille de Beaujeu à Lyon et l’autre Terre de la famille de Beaujeu sous laquelle débutait le souterrain des Sarrazinières. Sachez qu’il existe encore des documents décrivant le tracé de ce souterrain. Nombre d’entre eux parlent de deux galeries reliant la ville de Lyon à la ville de Miribel, en passant Montluel, Saint-Clair et la ville de Neyron. 

Souterrain des Arêtes de Poisson : les matériaux

Mais alors, si tel a été le cas, pourquoi créer un souterrain (les Sarrazinières) pour en creuser un autre (les Arêtes de Poisson) ? 

Et si la réponse était : pour les matériaux ? A cette époque, le plus simple eût été d’utiliser la pierre extraite des Monts-d’or. Des pierres qui étaient alors utilisées pour le chantier de la cathédrale à Lyon. Pour acheminer ces pierres, il aurait simplement fallu les charger sur des bateaux navigant sur la Saône. Un trajet pas très discret et qui de tout évidence n’a pas été celui emprunté. Les péages à l’entrée de Lyon auraient permis d’en conserver une trace comptable.

Autre solution : les carrières de calcaire gris situées le long du Rhône. Cependant, ces pierres coûtaient plus cher et ce ne sont pas celles que l’on retrouve dans les Arêtes de Poisson. 

Reste une pierre assez semblable à celle extraite dans les Monts-d’or. Hors, cette pierre se trouve au nord, le long de la Saône sur les terres Beaujolaises de la famille Beaujeu. C’est une pierre de construction qu’il est facile d’extraire et d’acheminer sans attirer l’attention ; qui plus est si tout se fait souterrainement en domaine privé. Reste le problème de les faire rentrer le plus discrètement possible à Lyon.

Souterrain des Arêtes de Poisson : utilité des Sarrazinières

Plusieurs écrits concluent que les Sarrazinières étaient un système de circulation permettant d’aller dans une galerie, et de revenir par une autre. Alors pourquoi ne pas supposer qu’une des galeries servait à évacuer les matériaux extraits à Lyon, et l’autre à acheminer les matériaux de construction ?

Souterrain des Arêtes de Poisson Les Sarrazinieres

Les Sarrazinieres

Mais alors, comment les Sarrazinières ont-elles été construites ? Par quel procédé ses constructeurs ont-ils réussi à créer deux galeries parallèles aussi parfaites ? Ce qu’il faut savoir, c’est que ce système de double circulation n’est pas forcement unique. Certains documents font état d’un souterrain similaire à Saint Jean d’Acre. Ce dernier aurait relié une commanderie Templière au port de la ville.

Les travaux des Sarrazinières auraient également été fait de deux manières différentes. La première partie du souterrain partant de Miribel, et suivant le Rhône, aurait été creusée depuis la surface. Les eaux souterraines du fleuve ne permettant pas de creuser trop profondément. Tout d’abord, une grande tranchée suffisamment grande pour accueillir les deux galeries auraient été creusées. Afin de les relier ponctuellement, des salles auraient également été aménagées. Certains départs de galerie auraient aussi été aménagés pour relier certains châteaux installés sur les terres traversées. Ces galeries ont ensuite été fortifiées avec de la maçonnerie. Au final, leur taille était suffisamment importante pour que l’on puisse s’y déplacer à cheval.

La seconde partie du souterrain, celle qui débute aux abords de Lyon, aurait été creusée souterrainement ; à l’abris des regards indiscrets. Mais nous y reviendrons un peu plus tard.

Souterrain des Arêtes de Poisson : creuser un souterrain depuis la surface

Avant de creuser un souterrain, ou de construire un édifice, il convient de réaliser un plan. Vient ensuite l’étape de creusement. Bien évidemment, il est plus simple de creuser un souterrain depuis la surface. Le plus compliqué étant de suivre la bonne direction et de respecter une profondeur uniforme.

Souterrain des Arêtes de Poisson dioptre

Représentation schématique de la dioptre

A l’époque, il était courant d’utiliser la dioptre afin de pouvoir effectuer des tracés rectilignes. De nombreuses stations étaient alors installées en surface. La dioptre est une surface optique qui sépare deux milieux n’ayant pas le même indice de réfraction. A l’air libre, où l’on trouve du gaz, la lumière ne se réfracte pas mais se diffuse en lignes droites vers un point choisi et à une distance donnée. Les réglages se faisaient notamment à l’aide de niveaux à eau et des fils à plomb. 

Il était alors possible de mesurer les hauteurs inaccessibles ou de reproduire sur le sol le tracé souterrain. Malheureusement, cette technique entraînait des imprécisions angulaires du fait de l’épaisseur des objets utilisés comme points de visée et de grands écarts entre les distances prises en compte. C’est là qu’intervient une technique mise au point par un des plus grands savants de l’époque.

Souterrain des Arêtes de Poisson : intervention et invention de Roger Bacon

Le savant en question est Roger Bacon. Roger Bacon était un moine Franciscain Anglais. Il dédia notamment sa vie aux sciences, aux lettres, aux mathématiques, à la physique, à l’astronomie ou à la philosophie. Mais ce sont ses travaux sur l’optique et la géométrie qui nous intéressent.

Souterrain des Arêtes de Poisson Roger Bacon

Roger Bacon

Roger Bacon a longuement étudié de près le phénomène des réfractions, et notamment celles qui permettent de créer l’arc-en-ciel. Il a également effectué des recherches sur la loi de déviation des rayons lumineux passant à travers l’atmosphère.

Souterrain des Arêtes de Poisson Roger Bacon Optique Opus Maius

Schéma d’une étude sur l’optique de Roger Bacon illustrant l’Opus Maius

Ses recherches aboutirent à la création de lentilles. Ces lentilles associées à la dioptre, offraient une capacité de visée nettement plus précise. Les nombreuses stations en surface n’étaient alors presque plus nécessaires. La cultellation du terrain était devenue une simple visée oculaire. Grâce à la précision des visées, que l’on reportait sur un plan, il était alors plus simple de se diriger souterrainement.

Souterrain des Arêtes de Poisson Roger Bacon lentilles sphériques

Réfraction de la lumière par un verre sphérique

Apparemment, une concession aurait cependant du être faite. Les galeries de la seconde partie des Sarrazinières sont un peu plus étroites. De plus pour conserver la double circulation du souterrain, les deux galeries parallèles se seraient divisées aux abords de Lyon. L’une se dirigeant au sommet de la colline (pour acheminer les matériaux) tandis que l’autre continuait de longer le Rhône (pour extraire les sédiments). Les Sarrazinières et les Arêtes de Poisson étaient alors unifiées. 

Souterrain des Arêtes de Poisson : réutilisation de souterrains

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi certaines galeries qui composent le souterrain des Arêtes de Poisson ne sont pas parallèles aux autres ? Sur les plans du souterrain, plusieurs arêtes du niveau supérieur sont légèrement obliques. Deux théories peuvent expliquer cela. La première consisterait à penser que c’est parce que le creusement a dû être dévié à cause d’un obstacle. Mais cela paraît peu probable, notamment par ce que le sol de la colline est particulièrement favorable au creusement.

Seconde théorie : des souterrains pré-existants auraient été utilisés comme base départ au creusement des Arêtes de Poisson. Cette explication serait assez logique. A quoi bon creuser plus que nécessaire ? Si des galeries existent, il est beaucoup plus simple d’en effectuer l’inventaire et d’en dresser la liste sur un plan.

Mais alors, comment positionner avec précision toutes ces galeries ? Tout d’abord, il leur a surement fallu choisir un référent commun : la surface. Ensuite, on a consigné leur forme pour ne former plus qu’une simple juxtaposition de sections horizontales ou verticales. Pour connaitre leur profondeur, deux puits étaient creusés de part et d’autre de la galerie. Creuser deux puits permettait aussi de connaitre l’orientation précise de la galerie.

Vient alors l’étape d’unification des galeries. Pour se faire on effectue un creusement en angle droit de la galerie de laquelle on part en direction de celle que l’on veut atteindre. Lorsque l’on est proche de cette dernière, on utilise alors les sons et les vibrations pour corriger les petites variations et commencer à creuser de biais pour rejoindre en ligne droite l’autre creusement. Au final, chaque galerie est reliée à la suivante par paliers horizontaux. Cependant, il fallut de tout évidence utiliser des galeries alors légèrement obliques pour finaliser les raccordements.

Souterrain des Arêtes de Poisson : création du souterrain

Mais qui a imaginé cet étonnant système de circulation ? On peut supposer que Roger Bacon a dessiné des plans, inventé et mis en œuvre les moyens pour y parvenir. Certains écrits laissent penser que le moine se serait inspiré de l’organisation des termites. En les observant, il aurait pensé à doubler l’ensemble des galeries afin que les matériaux extraits ou acheminés ne se croisent pas et ne provoquent pas de ralentissements sur le chantier. On remarquera que ce doublement se fait verticalement, mais aussi horizontalement dans certains cas.

Plan Souterrain des Arêtes de Poisson

En effet, le plan devait permettre de distinguer un axe rectiligne d’où partent des galeries en cul-de-sac. Grâce à un plan de coupe, il devait aussi être possible de voir en-dessous le départ de galeries reliées à l’axe supérieur.

Le doublement vertical du souterrain est très ingénieux. Une fois la galerie centrale et les galeries en cul-de-sac supérieures bouchées, seule reste la circulation dans les galeries inférieures. Impossible de se douter de l’existence du réseau supérieur. Il est clair que les calculs devaient être très précis pour éviter que les galeries creusées au fur et à mesure ne viennent pas recouper d’autres galeries situées à proximité.

Souterrain des Arêtes de Poisson : niveau supérieur et niveau inférieur

Lorsque l’on regarde les différents plans du souterrain des Arêtes de Poisson, un détail saute aux yeux : la différence entre la partie supérieure et la partie inférieure. Alors que les arêtes du niveau supérieur sont pratiquement toutes parallèles entre elles, et pratiquement toutes perpendiculaires à la galerie centrale, le niveau inférieur est un peu plus chaotique.

Pourquoi ? Est-ce dû à des changements du tracé initial ? Est-ce dû à un effondrement dans une zone donnée durant le creusement ? A-t-on eu la volonté de construire une structure plus grande que celle prévue au départ ?

Plan Souterrain des Arêtes de Poisson

Je pense que les quatorze galeries inférieures en cul-de-sac n’étaient pas sur les plans d’origine et qu’elles ont été creusées en dernier. Compte tenu de la technique et des matériaux utilisés, il est plus que probable que ce sont les mêmes personnes qui les ont construites.

De toute évidence, il a fallu décaler un peu le creusement et morceler trois fois l’alignement afin d’obtenir ces petits décrochements. Plusieurs éléments pourraient justifier cette décision. Première possibilité : elle a peut-être été prise compte tenu de la nature même du terrain dans cette zone ; le souterrain se rapprochant du Rhône. Autre possibilité : comme ces galeries ne devaient pas être creusées, des galeries existantes et considérées comme inutiles avaient pu être rebouchées. Pour s’assurer de la longévité et de la stabilité du souterrain, il convenait donc de les éviter.

J’espère que ces quelques éléments vous auront permis d’en savoir un peu plus sur le souterrain des Arêtes de Poisson. D’autres articles arriveront prochainement sur le site et aborderont d’autres sujets. Nous nous intéresserons, par exemple, aux commanditaires et à la fonction du souterrain.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Merci de compléter les champs obligatoires *

Pin It on Pinterest

Partagez cet article

Partagez cet article avec vos amis sur les réseaux sociaux.